Faites un mélange d’eau, de céréales et de houblon. Ajoutez-y de la levure. Vous obtenez de la bière. Ce n’est pas bien compliqué, n’est-ce pas ? Pourtant, j’y vois quelque chose de bien plus complexe que ça. Pour moi la bière c’est une passion, une histoire, une façon de consommer bien particulière. Voici pourquoi :

Sa diversité de goût

Pour beaucoup d’entre nous, l’initiation à la bière commence par des Pils industrielles dans des bouteilles en verre vert. Et pour certains ça en reste là même si de temps en temps ils s’accordent une petite bière Belge forte les jours de fête.
La bière c’est quatre ingrédients : l’eau, le malt, le houblon, le levure. Chacun offre indépendamment une multitude d’arômes et de saveurs différents.

On peut avoir des bières amère, acides, sèches ou sucrées. Les malts peuvent présenter des arômes de caramel, de café, de chocolat… Les houblons peuvent amener des saveurs de citron, de pin, ou encore de fruit tropicaux. En bref, en mélangeant ses quatre ingrédients la palette aromatique est énormissime.

Son histoire

Les premières traces attestées de fabrication de bières datent de plus de 6000 ans, en Mésopotamie. Autant vous dire que notre génération n’a rien inventé. La bière a traversé les siècles et a voyagé à travers le monde. Tantôt considérée comme boisson divine -notamment dans l’Ancienne Egypte-, elle a aussi été accusée d’être impure aux temps de l’Antiquité. En effet, les Romains et les Grecs préféraient boire du vin : drôle d’idée.

Au Moyen-Âge on découvre qu’en plus d’apporter cette bonne amertume, le houblon a des vertus antiseptiques. Il est d’ailleurs aujourd’hui obligatoire d’en mettre pour porter le nom de « bière ». A l’époque, la qualité de l’eau étant douteuse, il était parfois préférable pour sa santé de boire de la bière.

Au XIXe siècle, Louis Pasteur comprend la fermentation et découvre les micro-organismes que sont les levures. C’est cette découverte majeure qui a permis de rendre la bière plus stable, plus facile à conserver et plus facile à faire voyager. Bref la bière en a vu, mais elle est encore là et bien là. Ce que j’apprécie là-dedans c’est que chaque style de bière a une explication historique.

Quelques exemples en bref :
  • Les bières d’Abbaye : au Moyen-Âge, dans un souci de contrôle de la santé publique Charlemagne a donné aux moines le monopole du brassage de la bière. Ceci empêchait donc au premier venu de brasser quelque chose qui risque d’intoxiquer son voisin. Aujourd’hui en France, il n’y a presque plus de bières d’Abbaye puisqu’à la Révolution Française les moines ont été poussés à l’exil avec leur savoir-faire. Pour bon nombre d’entre eux ils ont trouvé refuge en … Belgique.
  • Les IPA (India Pale Ale) : la légende veut que les Anglais, qui exportait leur bière dans leurs colonies Indiennes, ne la trouvait pas bonne à son arrivée après des mois de bateau. Donc pour mieux la conserver, ils blindaient les tonneaux de houblons. A l’arrivée on avait donc une bière très amère avec de forts arômes de houblons
  • La bière de Printemps : elle était autrefois brassée à la sortie de l’été. Puis elle était consommée au printemps suivant après un vieillissement de quelques mois. Elle était réputée car fabriquée à partir de matières premières très fraiches issues des dernières récoltes de houblons et de céréales.

Je vous conseille la chaîne Youtube de « Une bière et Jivay«  dans laquelle l’histoire de différents styles de bières est traitée.

On ne va pas remonter toute l’histoire de la bière ici, ce n’est pas le but de l’article. Mais je trouve intéressant de savoir d’où vient cette boisson. En plus, ça a de la gueule de sortir sa science quand vous buvez un verre avec des potes : « Hé vous savez pourquoi on appelle ça une Stout Porter ? ».

Une boisson populaire

La bière c’est LA boisson populaire par excellence. Déjà parce que son prix est plutôt bon marché ce qui la rend accessible. En France, la consommation moyenne est de 33L par an et par habitant. Et on est des petits joueurs à côté d’autres pays (rien qu’en Europe la moyenne est de 70L).

La bière a un côté très festif, on imagine aisément les chopes s’entrechoquer dans les pubs Britanniques ou pendant l’Oktoberfest. C’est la boisson de toutes les occasions. Lorsque vous regardez un match de foot, de rugby ou de ce que vous voulez entre potes, c’est souvent une bière à la main. A l’apéro, après le boulot ou après l’effort c’est souvent une bière que vous ouvrez. C’est une boisson sans chichi, sans fioriture. Elle ne fait pas de distinction de classe. Vous pouvez être ouvrier en bleu de travail ou cadre sup en costard et vous enfiler une bonne mousse de la même manière.

En conclusion, j’aime la bière parce que c’est bon, parce que ça a une histoire super intéressante et parce qu’elle ne se la pète pas.

Cet article n’est pas une apologie de l’alcool. L’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

Si vous souhaitez en savoir plus sur mon projet de la brasserie La Côale : c’est ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *